Directeur de Recherche au CNRS, il travaille au LESIA, Laboratoire d’Etudes Spatiales et d’Instrumentation en Astrophysique, sur la radioastronomie et en particulier sur la magnétosphère et l’ionosphère des planètes (c’est cette dernière qui sur terre nous sert à réfléchir les ondes radio et donc écouter à distance les programmes de radio!). Il étudie notamment le rayonnement Radio auroral Kilométrique de Saturne, SKR (l’acronyme est anglais).

Sa thèse de doctorat auprès de l’Université de Paris VI portait sur la : « Contribution à l’étude des émissions radioélectriques des planètes extérieures: les décharges électrostatiques de Saturne & les émissions basses fréquences joviennes« .

Epris de transmission, Philippe Zarka, double son travail scientifique d’une approche vulgarisatrice. Que les sources proviennent de la sonde Cassini, de radiotélescopes, etc, il rend « palpable » les signaux électromagnétiques en les transposant en son et en images.  Et c’est là que cela devient passionnant pour nous. A la base, il ne s’agit pas de sons, il n’y a pas encore de sonde qui ait enregistré directement le son des orages saturniens. Cependant, les phénomènes transmis/captés par ondes radio sont ensuite transcodés dans les fréquences audibles. Le résultat est consultable sur sa page « Chants du Cosmos ».