NADIR – Musique 1987 – 1996

Le noyau sonore du projet NADIR

Jean-Luc Guionnet

 

Eric Cordier

 


NADIR est à la base un groupe d’Action, et deux des trois membres étaient musiciens, Jean-Luc Guionnet et moi-même, c’est donc tout naturellement que nous avons préparé les musiques accompagnant les actions.

Musique

« (…) C’est à ce moment d’ailleurs que je me suis aperçu que le sonore donnait à la fois la matière d’une expressivité complémentaire aux corps et le langage intérieur des corps. Les sons étaient donc les instruments sculptant la matière vivante mais aussi les bases d’une compréhension de l’activité interne de chaque protagoniste… » Eric La Casa.

 

Toutes les musiques électroacoustiques accompagnant les performances ont été composées  à GRAME Lyon de 1988 à 1992, à la Grande Fabrique de 1992 à 1996 par Jean-Luc Guionnet et Eric Cordier suivant le principe de la « Rumeur d’amont« . Seule la première performance, Rite Cri Rythme, fait exception. La musique a été composée en deux parties, une chacun, Jean Luc faisant un solo de saxophone, et moi ayant préparé une bande avec mon premier synthé et un magnétophone 4 pistes.

Toutes les autres musiques ont été composées suivant le principe de la Rumeur d’amont :

La particularité de nos travaux est d’avoir recours à une source sonore dont l’ordre intérieur engendre la matière musicale. Jusqu’à présent, la source de nos musiques a été l’instrument que chacun pratique par ailleurs, ou encore quelques percussions.
La construction musicale S’élabore toujours dans un aller-retour de la source aux processus de composition propre à la musique sur support magnétique. N’allez pas croire que ces préliminaires sur la caractérisation de la source ne soient qu’anecdotiques. La recherche de la qualité de cette matière sonore nous conduit certainement à un parti pris esthétique se révélant par exemple dans une limitation du recours aux outils de synthèses. Ainsi le travail de composition commence paradoxalement avant même la prise de son, par la construction de matières sonores. Nous ne nous contentons pas seulement de capter des sons car nous savons que leur nature et qualité auront trop d’emprise sur toute la suite des transformations. Il nous faut donc les former avant leur captation sur support, en travaillant les paramètres : timbre, rythme, morphologie de l’objet sonore… par une recherche dans le jeu instrumental. Il y a toujours une notion d’induction inhérente à celle de transformation du son et on ne peut envisager de traitement allant à l’encontre de son objet.

1986
Rite Cri Rythme   Acte II    45 : 00

Acte I est un solo de saxophone par Jean-Luc Guionnet. Acte II est la seule pièce de Nadir a n’avoir été composée que par Eric Cordier. Nous ne collaborions pas encore à l’époque et sommes intervenus successivement. Rite Cri Rythme Acte II est entièrement composé à l’aide de synthés Korg Poly800 et DX7 et d’un 4 pistes cassette.

1989
Terraille   17 : 19

 

1991
La durée du sec   5 : 47

 

1992
Rumeur d’amont   10 : 42


Chants nus    15 : 21

 

1993
Thalweg 1   Le report 16 : 58

 

Thalweg 2    La trace    17 : 03

 

1994-96
Le grand travers    98 : 00

Nadir – Le Grand Travers – Guionnet – Cordier by Ericcordier on Mixcloud

 

La chronologie de la partie musique dépasse de deux ans celle des actions, car nous avons continué à composer des musiques alors que nous n’avions plus d’occasions de faire des performances. Si on ajoute les concerts elle la dépasse de 4 ans.

Concerts sans performances :
– 02 03 94 – Ecole de musique de Pantin.
– 05 03 94 – dans le cadre de l’association ECCEA, Salle d’art lyrique du CNR de Boulogne -Billancourt.
– 22 05 94 –  festival Futura, chapelle des cordeliers à Crest, Drome.
– 23 01 98 – au 102 (Grenoble) Co-réalisation Coréam-102.
– 27 03 98 – Instants Chavirés, dans le cadre de la Musique Concrète Jubile à Montreuil, organisation Centre Pierre Schaeffer.

Projets récents