Afflux
ACR, Atelier de Création Radiophonique, France Culture

 

 

Afflux est la réalisation in situ et en un temps donné, d’une musique avec les matériaux sonores pris sur place. Différents lieux ont été explorés : un ruisseau, une autoroute, un port, la marée, une raffinerie de pétrole, la gare de Lyon à Paris et un théâtre à Bordeaux.

Deux émissions ont été réalisées pour France Culture :

Afflux – Mouvement d’eau, mouvement d’air -ACR- Cordier Guionnet La Casa by Ericcordier on Mixcloud

 

Afflux – Circulation de matie?res, activite?s humaines -ACR- Cordier, Guionnet, La Casa by Ericcordier on Mixcloud

 

L’équipe

Jean-Luc Guionnet capte le vent par l’intermédiaire de longues cordes avec des micro-contacts.Ce dispositif instrumental est sensible aux conditions atmosphériques. Mixage.

Eric Cordier capte la pluie ou les flux d’eau par micro-contacts et réalise des traitements électroniques.

Eric La Casa réalise les prises de son aériennes et le mixage. 

Avec la participation de Nicolas Jauffré-Bullot, captation radio ; Jérôme Florenville prise de son de la foule de la gare de Lyon.

1afflux_aizierjlg

Jean-Luc Guionnet capte le vent

 

Les lieux, les expériences 

Vigie de la navigation maritime de la capitainerie du port de Dieppe 

Dieppe, département de la Seine-Maritime, le 26 octobre 1998

3afflux_dieppevigie

Vigie de la navigation maritime du port de Dieppe

Météo Tempête avec rafales de pluie.

La période d’enregistrement a été choisie précisément à l’automne dans l’espoir de tomber sur une période de mauvais temps, et nous avons eu de la chance.

 

Topographie

La vigie, avec son radar de navigation et ses appareils de mesure, est située en haut des falaises en plein vent. L’endroit donne vue à la fois sur le port, la ville et le large.

3afflux_port_dieppe_vu_de_la_vigie

Dieppe, le port, vue à proximité de la vigie

Dispositif

Enregistrement prenant en compte les échanges d’informations radio entre les marins et les aiguilleurs de la mer ainsi que l’activité extérieure, la rumeur de la ville et du port en contrebas, le passage des bateaux.

La vigie est située au haut des falaises ; les prises de son sont réalisées un jour de tempête. Le camion devant la vigie est face au vent. Le dispositif capte le vent et la pluie, en prenant en compte les échanges d’informations radio entre les marins et les aiguilleurs de la mer.

4afflux_st_martinstudioinside_25

Le studio à bord du camion

 —–

 Routes : croisement d’une départementale et d’une autoroute 

Bouquetot, département de l’Eure

Croisement d’une départementale et d’une autoroute, la départementale en contrebas, l’autoroute sur un terre-plein. La hauteur du talus de l’autoroute permet la distinction de deux espaces acoustiques : en haut, le plan de l’autoroute et en bas, l’espace encaissé de la route dans lequel, à proximité du talus, le vacarme de l’autoroute n’est presque plus perceptible. L’autoroute franchit la départementale par un terre plein qui coupe le vallon encaissé au fond duquel passe la route. Ceci permet un important travail de captation des vibrations de l’ouvrage d’art lors des passages des automobiles.

Croisement d’une départementale et d’une autoroute

Croisement d’une départementale et d’une autoroute

Météo

Le jour du repérage, le 22 octobre il fait beau.

Deux jours plus tard, le 24 octobre 1998, il fait un temps maussade le matin durant l’installation du dispositif de prise de son. L’après-midi pendant l’enregistrement, il pleut de façon ininterrompue.

Dispositif

Le camion/régie est garé au bord de la route, à l’entrée du tunnel. Des cordes d’acier amplifiées, entre le coffrage métallique du tunnel et le camion, sont balancées par le vent, créant un rythme comme une sorte de respiration irrégulière.

Dans le tunnel, de part et d’autre, à 20 m de distance l’un de l’autre, deux micros aériens retransmettent le passage de rares véhicules et donnent, du dedans, une empreinte de la réalité extérieure.

Une corde de quelques dizaines de mètres est tendue d’un côté à l’autre du tunnel, captant par moments le son caractéristique du passage des coups de vents et autres courants d’air au travers du tunnel.

Prise de son de l' autoroute

Prise de son de l’ autoroute

Un couple de micros est placé sous le rail de sécurité de l’autoroute, saisissant le timbre du passage des voitures sur l’asphalte détrempé par la pluie.
Une boîte métallique, amplifiée par des micros contacts, servant de caisse de résonance, capte le passage des voitures. Cette boîte, et une paire de micro-contacts, sont fixées sur le rail de sécurité, transmettant ses vibrations.Outre les glissières de sécurité, l’autoroute est isolée du reste (du monde) par un grillage métallique dont certaines cordes reprennent la résonance.
2afflux_bouquetotdanstunnel_coul

La départementale sous l’autoroute

 —-

 Ruisseau/Rivière 

Aizier, département de l’Eure, le 23 octobre 1998.

Eric Cordier capte les flux d'eau par micro-contacts

Eric Cordier capte les flux d’eau par micro-contacts

Dans un contexte d’activité rurale un ruisseau choisi parce qu’il quitte son lit de pierre pour passer dans un tuyau métallique avant de se jeter dans la Seine. La confluence du ruisseau et de la Seine se fait de deux façons différentes : chute sur des galets à marée basse puis dans le fleuve à marée haute.

Topographie

Aizier est un village au bord de la Seine, à une cinquantaine de kilomètres de la mer. À cet endroit, un ruisseau se jette dans le fleuve.

Le ruiseau et la Seine

Le ruiseau et la Seine

En amont, le ruisseau est encore à ciel ouvert, en aval il reste dans le tuyau. A marée basse, il se jette en cascade dans la Seine, alors qu’à marée haute l’extrémité du tuyau est submergée.

Le ruisseau canalisé dans un tuyau

Le ruisseau canalisé dans un tuyau

Météo

Averses le matin, ciel dégagé le midi, pluie fine durant l’enregistrement, le ciel se couvrant de nouveau avec la marée montante.

Dispositif

Le camion est stationné sur le terre-plein, juste au-dessus du ruisseau. Le dispositif de prise de son est déployé autour du ruisseau.

 —-

Bord de mer/Arrivée de la marée 

Saint Martin sur mer département de la Seine-Maritime, le 26 octobre 1998

Le site par beau temps

Le site par beau temps

Topographie

La marée est montante sur une plage de galets. Le camion, avec la régie, est garé sur un plan incliné en béton, servant à la mise à flot des bateaux.

4AffluxSt-MartinCarStudio

Dispositif

Le dispositif de prise de son est, ici, placé au loin sur une zone submersible de la plage, en attendant qu’il soit pris par la marée.

Une partie des cordes est tendue entre la galerie du camion et des fers à béton que le passage incessant des marées a fait sortir du sol. D’autres cordes sont lestées par des galets percés et sont posées au fond de l’eau. Les cordes captent principalement le vent et la houle.

Captation du vent

Captation du vent

4St-MartinContactMicsÉgalement plongés dans la mer, des micro-contacts, placés sur des boîtes métalliques, refluent avec les vagues. Des microphones classiques font des travellings.

Météo

Temps dégagé, un lendemain de tempête. Le vent est encore assez fort, les nuages revenant avec la marée.

Eric La Casa réalise les prises de son aériennes

Eric La Casa réalise les prises de son aériennes

Fin des prises de son, la marée est trop haute

Fin des prises de son, la marée est trop haute

L’enregistrement est interrompu lorsque la mer monte trop près du camion.

  —-

Raffinerie 

 

Raffinerie ESSO, Port-Jérôme, commune de Notre-Dame-de-Gravenchon, département de la Seine-Maritime le 1er avril 1999

Activité des torchères, pulseurs vapeur, (fuites de vapeur, gargouillis dans les flaques d’eau), aéro-réfrigérants, pompes.

L’enregistrement s’est fait en un grand travelling en camion à travers la raffinerie, mais aussi avec de petits travellings à pied effectués en rayonnant à partir du camion.

Photo Ollivier Berrand

 

Météo

Très beau temps, sans vent.

 Topographie

La raffinerie fait plusieurs kilomètres de côté. Elle est structurée en larges rues et avenues, se croisant perpendiculairement, et séparant des blocs de productions distinctes. Les produits du raffinage se figent à température ordinaire. Une chaudière alimente un circuit de vapeur d’eau, maintenant au chaud ces produits, et leur permettant de circuler dans les tuyaux : l’un des sons caractéristiques de la raffinerie est celui des soupapes qui régulent la pression dans ce circuit de chauffage, soupapes que l’on appelle des pulseurs vapeurs.

Dispositif

Les prises de son sont réalisées depuis le camion en train de rouler, avec toutefois la possibilité de s’arrêter pour pouvoir sortir et faire des gros plans sur tel ou tel détail, telle ou telle machinerie particulière. La dangerosité du site nécessitait que nous soyons accompagnés et limités en mouvement. Il n’était pas autorisé d’entrer dans chaque équipement, mais cela ne représentait pas un problème dans la mesure où le cadriage routier permet l’accès à toutes les parties.

La majeure contrainte de sécurité était de ne pas utiliser de groupe électrogène, mais un dispositif de prise de son et de traitements qui fonctionne sur batterie 12 volts ou sur pile.

Attirail métallique vibratile

Attirail métallique vibratile

Afin de rendre plus perceptible le mouvement du camion, celui-ci est affublé d’un attirail métallique vibratile qui se met en branle au moindre mouvement.

Un micro, fixé sur le camion, capte l’activité de l’usine, au travers des harmoniques caractéristiques d’un tube dans lequel il a été glissé.

Un long travelling du camion dans l’usine fait glisser l’écoute. L’enregistrement dévoile aussi bien les divers parcours et approches, que les arrêts aux divers endroits choisis.

4afflux_st_martinstudiocoul

Le studio à bord du camion

  —-

 

Gare SNCF

Gare de Lyon, Paris 02 04 1999

Enregistrement effectué en bout de quai, lieu de passage des trains à petite vitesse.

Enregistrement en extérieur, mais aussi prise de son par micro contact sur les traverses pour capter l’activité ferroviaire, les cliquetis d’aiguillages, mais aussi le grillage de clôture de la gare et le passage des petits trains de bagages…

Enregistrements par micro HF, pour capter des détails, et se mêler à la foule des voyageurs.

Gare de Lyon

Gare de Lyon

Météo

Beau temps avec une averse vers 17 h.

Affluence

Un vendredi après-midi, jour de grands départs.

Topographie

Le quai choisi est le n°23 à l’extrémité de la gare. Depuis 1999 cette partie de la gare a été très modifiée.

Dispositif

Deux postes de prise de son sont disposés le long du quai : l’un au milieu et l’autre au bout du quai, espacés d’un peu plus de 100 m. Le premier poste, le « nez sur les trains à quai », capte en détail l’activité générale de la gare, du mouvement des voyageurs et des trains aux annonces SNCF en passant par les flux d’ondes courtes.

Le second privilégie le paysage global du site, en insistant sur l’activité des aiguillages, et le passage des trains entrant et sortant de la gare.

L’un des membres de l’équipe, porteur d’un micro HF (sans fil) vient se mêler à la foule, et fait entendre les chariots à bagage. Il circule à l’intérieur d’un train à l’arrêt, passant d’une voiture à l’autre, déambule sur le quai et laisse entendre sa respiration.

Afflux-Gare-de-Lyon

 

Vers 17 heures, survient une averse. L’action de la pluie et du vent sur le dispositif, soutenue par le continuum électrique d’une réception radio fait basculer le mixage, submergeant les activités de la gare. Pendant ce temps, une partie de l’équipe s’affaire à mettre à l’abri le matériel.

 —-

Théâtre TNT / la manufacture de chaussure Bordeaux

Intervention Live 12 02 2000

TNT Bordeaux

TNT Bordeaux

 

Le TNT, outre être un théâtre, est une ancienne manufacture de chaussure, dont les anciennes superstructures et aménagements ont été conservés au maximum dans sa nouvelle affectation de théâtre.

Situation : il est proche d’une voie de chemin de fer.

Les « spectateurs » déambulent à l’intérieur du théâtre devenu pour un jour un lieu d’installation pour y écouter l’activité même du théâtre, les visiteurs croisant les artistes effectuant les prises de son qu’ils entendent dans le même temps.

 

Afflux, une commande de France Culture :

Mouvements d’eau, Mouvements d’air a été diffusé dans l’Atelier de Création Radiophonique (France Culture) le 11 Juillet 1999 à 22h35.

Circulation d’hommes, Circulation de matières a été diffusé dans l’Atelier de Création Radiophonique (France Culture) le 17 octobre 1999, à 22h35.

Une nouvelle version plus musicale a été présentée le 19 novembre 1999 dans l’émission de Jack de Kuiper sur Radio 100, Amsterdam et sur http//basis.desk.nl/radio100/

Look-out post, maritime navigation radar station (Dieppe Normandy) October 1998 the 25th, during a storm. : 50′ sera diffusé dans l’émission de Götz Naleppa, Deutchland Radio (Berlin) 28 Avril 2000.

Diffusion sur Radio Canada, émission de Mario Gauthier, L’Espace du Son.

Remerciements :

à Eric Chevanche et Fred Nogray d’avoir permis la réalisation de cette expérience.

Afflux n’aurait pu avoir lieu sans le concours des personnes suivantes :

Nicolas Jauffré-Bullot, Frank Fromy, Jérôme Florenville, Samedi 14, M. et Mme Cordier pour leur prêt de matériel

Mme Foussac-Gegoux, Mrs Thibaut, Trompat, Auribault & Fada et à Sébastien Gautheron, pour la SNCF, gare de Lyon,

Mme Froidmont, M. Pezé, Duchemin, De La Briere, et Philippe Cordier pour la raffinerie Esso de Port Jérôme,

M. Gatiné, Mesdames Christophe et Fouks et la commune d’Aizier

M. Lacuna & Duhamel à la capitainerie du port de Dieppe.

Et… René Farabet.

Crédits photos :  Guionnet, La Casa, Guionnet (on ne sait plus trop lesquelles) & Olivier Berrand pour celle mentionnée

Afflux-France Culture ProgrammeACR-1

 

Projets récents