Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

LA LENTEUR DES NUS – BREIZHISELAD PAR LOTUS EDDE KHOURI

5 juin 2014 @ 8 h 00 min - 17 décembre 2014 @ 17 h 00 min

Depuis 2013, la chorégraphe Lotus Edde Khouri travaille sur la musique de Breizhiselad en vue de la création de La Lenteur des Nus en Belgique, fin 2014, puis tournage fin 2015 à Clermont.

Avec Bérengère Valour, Claudio Ioanna, Blandine Laignel, Lotus Eddé Khouri.

LA LENTEUR DES NUS from Lotus EDDE KHOURI on Vimeo.

 

Comme point de départ à La Lenteur des nus : Breizhiselad.
En premier, il y a l’idée de se servir de cette musique, au pied de la lettre, comme de la partition d’une
chorégraphie à construire.
Cette musique a été composée à partir d’un vieux disque vinyle retrouvé : chants religieux de Bretagne de la fin du XIXème début XXème siècle. Outre l’omniprésence du choeur qui s’est transposé dans La Lenteur des nus par la formation d’un cortège – se greffent une série de sons concrets tel le vent, la voix et les pas du compositeur lors de ses prises de sons, le crissement d’un sable coquillier, une bestiole.
Cette musique, par sa construction et les éléments qu’elle travaille minutieusement, est une plongée dans une matière complexe : le support d’un disque vinyle comme vecteur de mémoire, son usure, le thème de la musique traditionnelle collective, la présence physique du compositeur (à la fois témoin et auteur), les problèmes techniques rencontrés d’un nuage de craquements (ceux du disque d’origine) qui s’accumulent lors de la composition, etc. —autant d’éléments que la danse peut reprendre à son compte. L’imaginaire évoqué par Breizhiselad , son empreinte physique (rythme), l’application au détail qu’elle impose forment l’armature de la lenteur des nus.
La lenteur des nus est une réduction de la danse, par une mise à la loupe du détail : s’en suit une compression de tous les éléments scéniques. Pour cela, la pièce demande l’épurement du dispositif : pas de costumes (corps nus), un éclairage in situ (dans la mesure du possible, la lumière reste celle du lieu) et l’absence de point de vue privilégié.

Règle du jeu :
Un spectacle met en jeu une seule traversée. Le nombre des nus peut varier à chaque traversée. Il est fixé à au moins 3. Pour chaque traversée, chaque nu s’assigne un certains nombre de tâches/actions durant le parcours, l’objectif étant simplement que chaque nu soit occupé dans sa tête à quelque chose, bien plus qu’à souffrir ou à apprécier sa qualité de nu. Ces tâches sont on ne peut plus arbitraires et varient d’un traversée à l’autre. Les durées de ces tâches peuvent beaucoup diverger et elles ne sont jamais fixées au préalable. Ainsi, il a été convenu, outre de tenir le rythme continu du cortège, d’établir différentes actions communes à tous les nus ou à chacun séparément : sortie/entrée franche ou timide, ébranlement, contact avec un autre nu, absence, arrêt, bug qui provoque la répétition d’un mouvement, appel d’air, perte d’équilibre, formation géométrique (ligne, carré), émancipation soudaine et inconsidérée d’un nu, figure de contre point au cortège, mimétisation d’un autre nu.

Détails

Début :
5 juin 2014 @ 8 h 00 min
Fin :
17 décembre 2014 @ 17 h 00 min
Catégorie d’Évènement:
Étiquettes Évènement :
,