Enkidu
Néo-folk, Free-rock

« Trio à cordes à la tonalité improbable tirant le folk de Ché Shizu vers les méandres du psychédélique. Drones sombres, ritournelles obsédantes, déchirant les textures qu’ils tissent, plongeant l’auditeur du coté de la nuit, leur musique ouvre sur l’obscurité et l’infini, elle nous perd dans les méandres du psychédélisme, abolissant la notion du temps. »

Michel Henritzi.

Mélismes de cordes, miaulements d’instruments, la musique est tour à tour psychédélique, expérimentale, chanson (Chie Mukai reprend du service comme dans Che Chizu), ou plus exactement, c’est tout ça à la fois, un capharnaüm qui va crescendo dans une perpétuelle surenchère orgiaque. On est perdu et en même temps les musiciens nous bluffent en se retrouvant toujours alors même que leurs accords concernent plus les martiens que les terriens. On est pris par ce n’importe quoi resplendissant aux portes du délire.
La musique est d’autant plus riche que les musiciens changent d’instrument et de style au cours des morceaux. Yamamoto lâche parfois la guitare pour jouer de la flûte ou chanter, Cordier fait passer sa vielle de l’orchestre à cordes à un concert d’électroacoustique en passant par des sons d’orgues 60’s ou de synthétiseurs, Mukai joue du violon kokyu, pour passer à la voix puis à la batterie, faisant à ce moment basculer les concerts dans du pur free-rock.

Les membres de Enkidu 

Chie Mukai
kokyu (violon chinois), voix, percussions, piano

Figure lunaire de la scène psyché-folk japonaise liée au label P.S.F, Chie Mukaï a étudié avec Takehisa Kosugi (Fluxus), monté le groupe culte Ché-Shizu, joué avec Tori Kudo, Masayoshi Urabe et Keiji Haino. Elle tourne en Europe dans divers projets d’improvisation.

Seiichi Yamamoto
guitare & électronique, percussions

Yamamoto, guitariste des Boredoms et de Phew, qui après sa période punkoïde retrouve ici ses premières amours, le folk, mais un folk où plane l’ombre des grand maîtres de l’improvisation tel Derek Bailey voire Zappa.

Eric Cordier
vielle à roue & électronique


DatesLieux
TournŽée 2004
15 dŽécembre 2004Sendai Seinen Bunka Center (workshop)
14 déŽcembre 2004Morioka, Gallery Saiensu
12 dŽécembre 2004Tokyo, Super Deluxe
9 dŽécembre 2004Nagoya, Space RAKU (workshop)
8 dŽécembre 2004Nagoya, Tokuzo
6 déŽcembre 2004Osaka, Arts-aporia/Aka-Renga
5 dŽécembre 2004Kyoto, Tranq Room
TournŽée 2001
8 novembre 2001Evreux, L'ateliers
7 novembre 2001Nantes, Pannonica
6 novembre 2001Grenoble, 102
2 novembre 2001Fresnes-en-Woevre, festival Densité
1 novembre 2001Hasselt (B) Belgie
31 octobre 2001Gent (B) Voorhuit avec Dustbreeders et Junko Hiroshige

 

 

Morioka   14 décembre 2004

 Tokyo    12 décembre 2004

Nagoya    08 décembre 2004

Kyoto    05 décembre 2004

Nantes    07 novembre 2001

Grenoble    06 novembre 2001

 

Hasselt   01 novembre 2001    

 

 

Gent    31 octobre 2001    

 

L’épopée d’Enkidu 

C’est Michel Henritzi qui est à l’origine de ce groupe, et qui l’a fait exister en organisant la tournée européenne et sortant le premier disque. Nous lui devons beaucoup.

La première tournée en 2001 s’est passée sans encombre, à part peut-être un premier concert hésitant à Gend. En Europe, les musiciens étaient en terrain neutre. La seconde tournée en 2004 a été plus pimentée du fait de tensions et de conditions logistiques et matérielles plus difficiles. Au Japon, se retrouvant face à leurs publics respectifs une rivalité est née entre Mukaï et Yamamoto.  J’ai eu peur plus d’une fois qu’il n’y ait implosion, mais cette tension a eu, pour le moins, le mérite d’électriser la plupart des concerts.

Disques associés

Projets récents