Un projet d’émission d’Eric Cordier pour l’Expérience – France Culture podcast –

« En Lozère, quelque part en altitude, il est un lieu où il n’y a ni église, ni chapelle, mais des clochers sans nefs dont on m’a raconté qu’ils étaient comme des phares dans la neige, dressés pour guider les promeneurs égarés dans la tourmente : la tempête de neige ». (D Tricot)

J’ai passé les 6 premiers mois de l’année 2018 à mener une enquête musicale, les pieds dans la neige au début (pour éprouver le danger de la tourmente), avec mon compère Denis Tricot, à collecter les sons de ces cloches, le bruit de la tempête et à rencontrer les habitants. En 2019, j’y retourne avec une équipe de France Culture, Pierric Charles et Nathalie Salles, afin d’essayer de comprendre ce que sont ces Cloches de Tourmentes et d’articuler la parole avec les sons de la tempête et des cloches : une matière sonore et musicale entourée d’une gangue de légendes.

Nous nous sommes concentrés sur 4 villages, Les Sagnes au sud, Serviès à l’est, Auriac à l’ouest et Oultet au nord en réalisant des explorations sonores, l’enregistrement de toutes ces cloches, des dispositifs qui les actionnent, mais aussi le contexte, les ruisseaux, les animaux et surtout la neige. Chacun de ces villages est distant de 15km par la vallée, par la route, mais seulement de 3 ou 4 km par les sentiers de montagne, alors nous avons cheminé à pied d’un clocher à l’autre, pour faire sonner les 4 cloches et explorer les différents matériaux rencontrés dans les hameaux. Par  chance vent et neige furent abondants. Ensuite, j’ai sélectionné les sons, je les ai assemblés composant une musique électroacoustique pour raconter une histoire en sons, une histoire de neige, de marche et cloches. L’ensemble a été présenté en juin 2018 lors d’une fête de la transhumance. 

Les intempéries

Dans ce projet, il y a d’abord la tourmente. Nous avons choisi d’affronter cette dernière en venant sur place en janvier et février pour l’éprouver, constater qu’elle est la force des éléments… Car la tourmente est une très forte tempête de neige qui empêche de voir et qui égare. La légende veut que des cloches aient été utilisées l’hiver pour guider les voyageurs à bon port… Cloches de Tourmentes est l’expression que tout le monde utilise, tant les habitants, les folkloristes que les offices de tourisme. L’expression est belle, elle est forte, elle fascine, mais en creusant les choses, on tombe sur une série de contradictions et d’approximations.

Les hommes

Les Cloches de Tourmentes de Lozère, c’est également démêler les interactions entre les contextes sociaux et géographiques, l’histoire qui l’a façonnée ainsi qu’avec les habitants… et ce que l’on constate ne va pas de soi…  Alors se pencher sur cette question, c’est comme de réaliser une enquête car, les témoins encore présents dans ces villages n’ont pas entendu ces cloches dans leur usage de tourmente… Les témoins ne peuvent nous parler que d’usages religieux : le glas…, ou civils : l’appel pour l’école ou d’une femme pour signifier à son mari que le repas du midi est prêt. Les cloches de tourmentes auraient été sonnées (le conditionnel est de rigueur) en 1984 pour 2 moines étrangers au pays, dont personne ne savait qu’ils étaient en randonnée, dont la disparition a été rendue publique sans doute plusieurs jours après leur mort, et donc dont personne ne pouvait savoir qu’il fallait actionner les cloches pour les guider… 

Les Cloches de Tourmentes sont peut-êtres qualifiées par un usage qu’elles n’ont jamais eu… 

 

 

Les Cloches de Tourmentes, une émission de Eric Cordier, basée sur un projet artistique réalisé avec Denis Tricot et le soutien de Rudeboy Crew.

Merci aussi à Eric Sutter, Nelly Laffond, Dominique Brun, Virginie Bassetti et toute l’équipe sur place…

Projets récents